Un an à Helsinki pour une collégienne

Informations sur les études, stages et le monde du travail en Finlande
Véro
Modérateur
Messages : 281
Enregistré le : mercredi 28 octobre 2009, 20:44

Re: Un an à Helsinki pour une collégienne

Messagepar Véro » samedi 12 décembre 2015, 23:02

J'ai une autre collègue dont, selon les parents, la plus jeune gamine a "perdu" un an à l'esh en primaire (Apparemment elle était juste un peu trop jeune au moment de l'inscription. Les parents ont ragé quand ils ont compris que s'ils l'avaient laissée 2 mois à la grand-mère elle serait arrivée directement dans la "bonne" classe. Après son année "pour rien" à l'esh elle est allée à ressu. Mais sans etre native, elle parlait dejà couramment anglais). Je pense que la position de l'esh c'est qu'elle a eu un an pour s'adapter.

Pour en revenir à l'esh, vous pouvez surement contacter un des représentants de l'association des parents (il y en avec des enfants en section Fr, et au collège):
http://www.eshpa.eu/p/contacts.html

Penelope
Vous écrit ce message par SMS depuis le sauna
Messages : 3182
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 20:23
Localisation : Espoo

Re: Un an à Helsinki pour une collégienne

Messagepar Penelope » dimanche 13 décembre 2015, 17:50

fredz a écrit :Bonjour à tous, ça y est, on a eu de nouveau l'ESH, et on est assez déçus : alors qu'elle est en quatrième cette année, ils proposent qu'on viennent en février passer un test, mais pour l'inscrire en... S2 (5ème?) ! La justification est que même pour reprendre une quatrième (S3), il lui faudrait effectivement ce niveau B2 en anglais, et qu'en cinquième, même avec 4 heures d'anglais hebdomadaires, son niveau augmentera fortement vu que les élèves présents ont déjà un bon niveau et que le prof est anglophone. Cela ne correspond pas vraiment aux témoignages que tu as eu de ton fils Pénélope, peut être qu'ils seront plus cléments lors de l'examen, peut-être que la politique de l'école a évolué, je n'en sais rien.



Effectivement cela paraît bizarre. Ce que je peux te dire c'est que le directeur de l'école est parti en juin 2015 et honnêtement je ne connais pas son remplacant. L'école a connu, depuis son ouverture, un taux de réussite au Bac de 100% et j'imagine que le nouveau directeur voudra faire de son mieux pour continuer dans cette veine.

En revanche, dans la mésure où il s'agit d'une école publique financée par l'État je ne vois pas en quoi ils aient droit de refuser ta fille. L'école "peruskoulu" est obligatoire en Finlande... (pour le lycée par contre ils ont le droit d'organiser un concours d'entrée).

En même temps, je trouve que le fait de repasser une année n'est pas un problème en soi tout en comprenant que ta fille ait peur de se retrouver dans une classe en sous de ses amis en rentrant en France.


Pénélope, tu es sûre qu'ils sont "obligés" de prendre les candidats ? Sur le site de Ressu Comprehensive School à Helsinki, il est indiqué :

The English stream is meant for internationally mobile families with native or near native English skills. Those wishing to enrol in the English stream have to fill in an application form, which is available on this website, and return it to the school secretary. Students are invited to the aptitude test by email. The aptitude test is used to assess the candidates' skill level and ability to study in English.

Pour les autres écoles, nous n'avons pas trouvé les modalités. J'imagine qu'il y a bien des critères pour accepter ou non un élève, que ce soit l'adresse de résidence ou son niveau ?


Je ne suis sûre de rien. Oui, l'addresse de résidence joue aussi, mais le niveau ne joue pas - en tout cas pas pour un élève finlandais. Le problème de l'anglais complique la situation, effectivement ils peuvent ne pas prendre un élève qui n'est pas au niveau en anglais mais, dans votre cas, passer une année dans une école finlandaise n'est pas une solution non plus (j'ai compris que ta fille parle mieux anglais que finnois!). Si vous étiez employés d'ECHA, l'école ESH serait obligée de prendre votre fille.

Pourquoi pas contacter le Board of Education directement :
http://www.hel.fi/www/helsinki/en/admin ... s?id=16562

Tel: +358 9 310 86400
en leur demandant des conseils et en expliquant votre situation comme tu l'as fait ici...

Penelope
Vous écrit ce message par SMS depuis le sauna
Messages : 3182
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 20:23
Localisation : Espoo

Re: Un an à Helsinki pour une collégienne

Messagepar Penelope » dimanche 13 décembre 2015, 19:31

Je n'ai pas tout lu mais je ne trouve rien qui dit catégoriquement que l'école a le droit de refuser un élève à cause de son niveau d'anglais/francais/finnois etc. Par contre, ils ont bien le droit de tester les applicants.

http://www.finlex.fi/en/laki/kaannokset ... 071463.pdf

Lire Section 10 (4); Section 11 (3) et (4) ect

fredz
Posteur assumé
Messages : 20
Enregistré le : lundi 23 novembre 2015, 23:12

Re: Un an à Helsinki pour une collégienne

Messagepar fredz » lundi 14 décembre 2015, 13:02

Ok, encore une fois, mille merci Pénélope et à tous les autres pour votre dévouement et ces informations ; c'est vraiment adorable de votre part ! Je parcours régulièrement le reste du forum et je retrouve cette ambiance amicale et éclairée, ce forum est en or !

La bonne nouvelle est qu"effectivement elle devrait être acceptée à l'ESH si on en fait la demande, après ça va lui faire drôle si elle rentre en août en S2/5ème au lieu de S4/3ème.
On continue à se renseigner, on va se présenter aux tests en février à l'ESH, on verra bien ce que ça donne.

Pour les autres écoles anglophones, on ne les a pas encore contactées, j'ai un peu regardé les sites, elles s'adressent clairement à des élèves vraiment anglophones.

Notre sentiment général est que nous avions imaginé qu'elle puisse profiter de cette année pour sortir un peu de l'ambiance "école privée parisienne". Qu'elle vienne un an en Finlande avec comme seul objectif de parler couramment anglais au bout d'un an en conservant ses acquis. Mais finalement, on a l'impression que les écoles internationales sont au moins aussi élitistes que son école actuelle, en tout cas éloignées de l'esprit du système éducatif finlandais. Je me trompe ?

Après je comprends que pour l'école la vision est différente, accueillir un élève qui ne parle pas bien anglais demande un investissement supplémentaire de la part des enseignants, et si elle ne reste qu'un an ce n'est pas attractif pour eux.

Frédéric

Penelope
Vous écrit ce message par SMS depuis le sauna
Messages : 3182
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 20:23
Localisation : Espoo

Re: Un an à Helsinki pour une collégienne

Messagepar Penelope » lundi 14 décembre 2015, 19:37

Si vous résidez en Finlande votre fille doit être scolarisée comme n'importe quel enfant de son âge qui vit ici. Donc, la municipalité doit faire son mieux pour organiser sa scolarisation. ESH, et les autres écoles anglophones sont toutes des écoles publiques. ESH a une loi pour elle toute seule (mais qui diffère très peu du système classique) mais les autres écoles anglophones sont soumises à la reglementation de l'Education Nationale, comme n'importe quelle école finlandaise. Par exemple: 4h hebdomadaires de finnois obligatoires pour tous, classes de réligion aussi...

Elitistes? Oui et non. Non, parce qu'en Finlande parler anglais n'a rien de spéciale, que l'accès aux meilleures universités exigent plutôt un excellent niveau de finnois, que les profs finlandais sont qualifiés et expérimentés qu'ils enseignent en finnois, en anglais, en suédois ou dans la langue des signes.

Par contre, il est vrai que dans les écoles anglohones on trouve des élèves qui ont une orientation internationale (un parent étranger, une petite enfance passée en dehors de la Finlande etc) ce qui les rend un peu "différentes" des autres écoles et certains parents voient peut-être la scolarisation de leurs enfants dans ces établissements comme une signe extérieure de leur réussite professionelle/internationale. Mais je connais beaucoup de parents "internationaux" qui optent plutôt pour l'école finlandaise parce qu'ils trouvent, par exemple, qu'il est inutile de focaliser sur l'anglais si on veut faire une école d'ingénieur.

(Le finnois et le suédois sont obligatoires, l'anglais l'est aussi par défaut... ca fait un paquet de cours de langue par semaines si on préfère les maths et la chimie. Parler bien anglais est une bonne chose, parler anglais comme un natif est peut-être une perte de temps quand on est si jeune.)

Il existe aussi des collèges/lycées qui sont spécialisés dans les maths, les sciences, la musique, l'art, etc mais celles-ci sont quasiment toutes des écoles finlandaises fennophones. Elles aussi sont assez exigeantes au niveau de la sélection des élèves, surtout les lycées.

ESH ne va peut-être pas sortir votre fille de l'esprit "ecole privée parisienne" de la même facon qu'une école typiquement finlandaise le ferait MAIS - Helsinki n'a rien à voir avec Paris et je pense qu'une année passée ici sera un véritable dépaysement quand même.

fredz
Posteur assumé
Messages : 20
Enregistré le : lundi 23 novembre 2015, 23:12

Re: Un an à Helsinki pour une collégienne

Messagepar fredz » jeudi 17 mars 2016, 9:22

Bonjour à tous,

donc ça y est, après avoir passé le test d'entrée à l'ESH il y a quelque semaines, notre fille a été acceptée en S3.
(pour rappel, elle est actuellement en 4eme et S3=4e, S4=3e dans les écoles européennes)

Elle a eu un test de deux heures, en maths, français et anglais.

Notre première impression de l'école est très positive, le bâtiment est très "classe", avec comme l'a mentionné Pénélope un petit côté Harry-Poter provoqué par l'ancienneté du bâtiment, et il s'y dégage une atmosphère très détendue, avec des petits groupes d'élèves que l'on croise à tout moment, et une équipe enseignante qui a l'air assez jeune.
Il y a trois sections, une francophone, une anglophone et une finnophone. En section française, il y a environ 8 élèves par niveau, ce qui fait que les classes se mélangent régulièrement entre sections et niveau.

Nous avons également rencontré la directrice de l'école Française Jules Verne. Cette école dispense des cours de la maternelle au collège. A partir du collège, les élèves inscrits à Jules Verne suivent leur cours à l'ESH avec les autres. C'est un partenariat entre les deux écoles, et l'école Jules Verne permet de coller à 100% au système Français en inscrivant l'élève au CNED pour les cours d'histoire (*) un répétiteur les accompagne, il y a un cours de soutien en anglais, et les élèves de 3e peuvent passer le brevets des collèges. Enfin, il y a un sur-coût par rapport à l'ESH : 5670€ par an au lieu de 3974€.

Maintenant le truc un peu particulier, c'est qu'alors que pour entrer à l'ESH on doit passer un test, où à priori le seul risque n'est pas le refus, mais de se voir accepté dans un niveau moindre que celui de son cursus courant, l'école Jules Verne est rattachée à l'éducation nationale française, ce qui fait qu'il n'y a pas de test à passer.

Ainsi, alors que l'ESH a jugé qu'il était bon pour notre fille d'entrer en S3, l'inscrire via Jules Verne la ferait entrer directement en S4 à l'ESH, avec des cours d'histoire-géo en plus. Cela s'explique mais c'est contradictoire.

Nous concernant, je ne sais pas encore quoi faire. Notre fille a un niveau moyen. Je me dit que si l'ESH a proposé S3 et non S4 ce n'est pas pour rien, et qu'elle va déjà devoir s'accrocher pour remonter son niveau d'anglais en S3, même si le fait de se retrouver dans des tous petits groupes doit beaucoup aider.


(*) A l'ESH, les cours d'histoire-géo sont dispensés en anglais pour la section française, et le programme n'a rien à voir avec le programme français. Le contenu du cours est moins poussé pour mettre l'accent sur la langue.

Avatar du membre
LaFronde
LaFronditude
Messages : 2624
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 18:07
Localisation : Espoo

Re: Un an à Helsinki pour une collégienne

Messagepar LaFronde » jeudi 24 mars 2016, 9:16

Penelope a écrit :Pour le petit, l'école commence à 7 ans, pas avant.

Les finlandais mettent leurs enfants au "päiväkoti" (genre de garderie) dont la dernière année (esikoulu) est dédiée à une préparation pour l'école primaire. A Helsinki il y a des dizaines de päiväkoti anglophones, même 2-3 qui accueillent les enfants en francais, ou russe, ou allemand. http://www.hel.fi/www/Helsinki/en/day-c ... re/options


Bonjour !
Je passais par là par hasard et étant concerné au premier plan, le sujet m'a interpelé ;) C'était juste pour préciser que le terme "garderie" désigne plutôt les "heures supplémentaires" avant ou après l'école, pour les parents qui embauchent tôt ou débauchent tard. Pour les enfants, cela correspond à une sorte de récré surveillée mais sans activités encadrées contrairement au reste de la journée.

Pour un Français, le päiväkoti ("maison de jour") c'est la crèche (de 0 à 2 ans) puis l'école maternelle (de 3 à 5 ans, 6 ans en Finlande). Il y a des institutrices, un programme par âge et des activités encadrées. Comme l'école maternelle est un concept très français, on peut utiliser le terme "jardin d'enfants" (Kindergarten en allemand, qui est, il me semble, le terme utilisé internationalement).

Après, la qualité des prestations peut varier, surtout dans le privé. Si un jardin d'enfants laissent les enfants livrés à eux-mêmes comme dans une garderie, il y a de quoi s'inquiéter ! Aux parents d'être vigilants.
Respirez, vous êtes sur FIP