[DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Informations sur les études, stages et le monde du travail en Finlande
Avatar du membre
Scribe
Steven "kirjuri" Cigale
Messages : 9997
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 13:39

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Scribe » mercredi 11 décembre 2013, 21:35

Et en prononciation, as-tu remarqué des progrès chez ces asiatiques que tu as en cours ? Ceux que je croise en conférence (donc des chercheurs, docteurs, professeurs) sont souvent tellement mauvais que personne ne les comprend quand ils parlent, et ils ont du mal à répondre si on leur pose une question. Il y a quelques exceptions, mais la plupart sont vraiment à un piètre niveau. La prononciation du chinois et du japonais est peut-être très différente de celle de l'anglais, ça crée une difficulté supplémentaire mais quand même...

Penelope
Vous écrit ce message par SMS depuis le sauna
Messages : 3182
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 20:23
Localisation : Espoo

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Penelope » jeudi 12 décembre 2013, 1:01

Oui, d'ailleurs je donne souvent des cours de ce qu'on appelle le "Accent Reduction" ou "Speech Coaching". Je suis très intéressée par les techniques et méthodes dans ce domaine et cela m'arrive de coacher des personnes d'origines très variées: asiatiques, africains mais aussi des latino-phones (espagnols, portugais). D'ailleurs, le problème avec les chinois c'est que malheureusement quand ils parlent très bien anglais, on a encore plus de mal à les comprendre parce qu'ils parlent tellement vite! Ils articulent mal certains phonèmes (par exemple le /l/ et le /r/ et souvent le dernier phonème (voire le dernier syllabe) d'un mot n'est pas prononcé de tout. Il y a une absence d'intonation et de chunking (position des pauses dans un discours).

Mais pour répondre à ta question, cela m'arrive de plus en plus souvent de rencontrer des candidats asiatiques qui prononcent très bien l'anglais. Cela me fascine car pour y arriver ils ont du vraiment bosser très dur! Mais avec obstination et une bonne oreille - on peut y arriver tout seul, même sans coach.

Cette femme chinoise de 45 ans parle anglais avec un joli accent britannique, or elle n'a jamais vécu en Angleterre: http://www.ted.com/talks/yang_lan.html
Et en écoutant la radio (BBC) la semaine dernière lors de la visite du premier ministre britannique en Chine, j'ai entendu plusieurs entretiens avec des journalistes et hommes d'affaires chinois ect qui parlaient très très bien anglais.

Avatar du membre
Bambou
Vous écrit ce message par SMS depuis le sauna
Messages : 1721
Enregistré le : jeudi 28 août 2008, 11:44
Localisation : Samsara

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Bambou » jeudi 12 décembre 2013, 17:32

C'est pas en FInlande qu'ils font du par coeur en tout cas!

Je suis au contraire sidérée par le fait qu'il y en ait si peu, à part les tables de multiplication (et encore).

Annabelle
Messager timide
Messages : 1
Enregistré le : vendredi 14 novembre 2014, 19:47

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Annabelle » vendredi 14 novembre 2014, 20:12

Bonjour a tous,
dans le cadre d'un projet universitaire, nous aurions besoin de l'avis de Finlandais (ou de francais vivant en Finlande) sur le système éducatif finlandais. Le questionnaire est en anglais et il est destiné aux parents ayant des enfants scolarisés en Finlande. Votre aide nous serait d'une grande utilité, de plus pourriez-vous le faire circuler dans votre entourage. Merci de votre attention et votre aide. :D
http://goo.gl/forms/PonZg1E5MT

Penelope
Vous écrit ce message par SMS depuis le sauna
Messages : 3182
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 20:23
Localisation : Espoo

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Penelope » samedi 15 novembre 2014, 20:00

Une question concernant le mot "reviser". En anglais la verbe "to revise" s'applique au travail qu'un élève fait en préparation des examens. Donc, il s'agit d'un faux ami avec le mot francais "réviser" qui est plus large: revoir ses cours. Enfin, j'ai compris la question dans le sens du temps passé à faire les devoirs.

Et, "developpment (sic) of foreign languages" sonne un peu bizarrement en anglais. En anglais on dit plutôt "to make adequate progress in foreign languages" enfin, j'espère que c'est dans ce sens là que vous posiez la question.

Comment allez-vous interpreter les résultats du sondage? J'aurais séparé les élèves du lycée des autres car les cursus sont complètement différents.

DéborahB
Messager timide
Messages : 4
Enregistré le : mercredi 10 décembre 2014, 14:15

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar DéborahB » mercredi 10 décembre 2014, 14:26

Bonjour,

actuellement en étude pour devenir enseignante, j'ai une étude comparée à faire entre le système d'évaluation en France et en Finlande. Je suis ravie d'être tombée sur ce site et le dossier sur le système éducatif finlandais que vous avez mis en ligne est intéressant, complet et renvoi sur tellement de liens qu'il est difficile de tout lire, faute de temps !
S'il y a des nouveautés depuis la mise en ligne du dossier, je suis preneuse.
Merci en tout cas de faciliter le travail des étudiants.

Déborah B

Avatar du membre
Nana
Administrateur
Messages : 2044
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 17:21
Localisation : Kreikka
Contact :

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Nana » mercredi 10 décembre 2014, 14:34

Bonjour DéborahB,

Et merci à vous.

Les articles sont classés par ordre chronologique décroissant, et le dossier est mis à jour régulièrement. Depuis quelques mois, j'ai remarqué une baisse de fréquence d'articles sur le système éducatif finlandais dans mes sources d'informations habituelles. Peut-être est-ce une conséquence des derniers résultats PISA, relativement moins bons pour la Finlande que les années précédentes, ou peut-être que j'y fais moins attention.

Comme toujours, si les lecteurs de SalutFinlande trouvent des articles qui ne figurent pas encore dans ce dossier, merci de me le signaler.

Bonne continuation
Une question ? Merci d'utiliser le forum afin d'en faire profiter tout le monde (pas en message privé).
Avant d'écrire un message sur le forum | Comment vous rendre utile pour SalutFinlande ?

DéborahB
Messager timide
Messages : 4
Enregistré le : mercredi 10 décembre 2014, 14:15

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar DéborahB » mercredi 10 décembre 2014, 22:26

Moins bons, tout est relatif ! Par rapport aux autres pays, les résultats restent excellents. Et puis je ne suis pas certaine que les méthodes d'apprentissages de l'Asie soient efficace du point de vue du développement de l'individu. Ils sont certes les premiers mais avec des méthodes extrémistes. Si les évaluations mondiales prenaient en compte cet aspect des choses, les résultats seraient sûrement bien différents.

Avatar du membre
krevet
L'ivre de recettes
Messages : 574
Enregistré le : vendredi 9 mai 2008, 7:45

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar krevet » jeudi 11 décembre 2014, 8:21

DéborahB a écrit :...j'ai une étude comparée à faire entre le système d'évaluation en France et en Finlande.


C'est assez dur de comparer les deux système d'évaluation sans comparer les méthodes d'enseignements (nombres d'élèves par classes, formations techniques et pédagogies des enseignants), ni même la sociéte dans son ensemble...

Le Rythme de enfants est-il différent de celui des parents? Travail du samedi? mercredi après midi? Grande pose déjeuner?... C'est un tout, à mon avis.

-K
Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées...Je dis la règle que je ferai respecter. Vous pourrez me rappeler cette déclaration si je venais à y manquer François IV

DéborahB
Messager timide
Messages : 4
Enregistré le : mercredi 10 décembre 2014, 14:15

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar DéborahB » jeudi 11 décembre 2014, 11:25

Je suis bien d'accord sur ce point et du coup ça ajoute des recherches, du travail d'écriture, et beaucoup de réflexion.
En France les élèves vont à l'école du lundi matin au vendredi soir sans interruption. Seul le mercredi après-midi est libre. Les horaires sont censés être allégés dans la journée pour respecter leur rythme mais comme il n'y a plus de coupure, ils sont très fatigués. Il est vrai que les apprentissages sont plus bénéfiques le matin, mais il aurait mieux valu faire revenir les enfants le samedi matin (mais le principe économique du pays nous l'interdit, trop de pertes pour le tourisme, trop cher pour les transports....)
De plus, dans certaines petites communes rurales (comme chez moi), il est très difficile de faire venir quelqu'un pour 45 minutes ou 1 h 30 d'activités péri-scolaire, du coup, c'est une demie-journée complète qui est libérée ce qui fait que les élèves n'ont vu aucun changement quotidien pour les horaires, si ce n'est une demie-journée hebdomadaires de plus. D'un autre côté, j'ai de la chance d'être dans une commune qui fait beaucoup pour ses administrés et mes enfants profitent de très bonnes activités, très variées. Mais ce n'est pas le cas partout et très souvent les enfants sont en garderie faute de moyens humains et financiers.
Je sais que c'est dur de modifier un système en profondeur mais je ne comprends pas pourquoi on s'obstine à faire les choses de la mauvaise manière !

Avatar du membre
Coccinelle
La plus française des finlandaises
Messages : 2909
Enregistré le : dimanche 13 juillet 2008, 23:53

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Coccinelle » jeudi 11 décembre 2014, 13:54

krevet a écrit :C'est assez dur de comparer les deux système d'évaluation sans comparer les méthodes d'enseignements (nombres d'élèves par classes, formations techniques et pédagogies des enseignants), ni même la sociéte dans son ensemble...


Excellente remarque. Il faut même prendre en compte l'histoire car l'effet de la loi 1905 (séparation de l'église/état) se fait encore sentir dans les rythmes scolaires. Pour que l'église accepte cette loi elle a exigé, entre autres choses, qu'une journée soit libre afin que les enfants puissent aller au catéchisme: c'était le jeudi (changé plus tard au mercredi). Depuis cette date "on" traine le jour de congé en milieu de semaine.....
Lorsqu'on a supprimé le samedi matin et bien cela a encore plus concentré les heures sur peu de journées.

En Finlande les enfants vont à l'école du lundi au vendredi (voir horaires dans d'autres messages sur le sujet). Il y a des cours de "religion" à l'école (luthérien, orthodoxe et l'islam) mais il y a le "sunnuntaikoulu" (=école du dimanche) pour les luthériens et ça se passe un dimanche (matin) comme son nom l'indique.

DéborahB a écrit :..... mais il aurait mieux valu faire revenir les enfants le samedi matin (mais le principe économique du pays nous l'interdit, trop de pertes pour le tourisme, trop cher pour les transports....)


Ces raisons ne sont pas des raisons spécifiques à la France.
Le tourisme est "responsable" surtout pour les zones de vacances......car cela permet d'étaler les vacances sur plusieurs semaines à chaque fois.
Par contre le samedi matin libre est particulièrement bénéfique pour les enfants de familles recomposées. Permettant aux enfants concernés (pas loin de 30 % quand même) de passer des WE complets avec "l'autre" parent. Ceci aussi est utile.

Avatar du membre
krevet
L'ivre de recettes
Messages : 574
Enregistré le : vendredi 9 mai 2008, 7:45

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar krevet » jeudi 11 décembre 2014, 14:26

DéborahB a écrit :, mais il aurait mieux valu faire revenir les enfants le samedi matin (mais le principe économique du pays nous l'interdit, trop de pertes pour le tourisme, trop cher pour les transports....)


Personnellement c'est surtout ma vie de famille que sera affecté par un samedi d'école. Je trouve ca juste absurde: sur une semaine, le mercredi les enfants sont libres et pas les parents, et le samedi c'est l'inverse. Ca fait 2 demi-journées ou je vois pas les enfants. Je ne comprend pas la logique. Quand à la "fatigue" et la coupure, c'est n'est pas un problème en Finlande, où on fait lundi-vendredi...

Pour les activités du "mercredi" là encore, en Finlande, les copains/ copines peuvent avoir des activités tous les jours, et pas juste 1h30 un jour par semaine. N'est ce pas plus interessant economiquement?!? Ca ne vaut peut être pas le cout d'embaucher un rpof de théatre / clown / animateur pur 1h30, mais pour 5 x 1h ? Au lieu d'avoir 40 gamins le mecredi, il pourrait en avoir 10-15 tous les jours (=50-75 gamins), en faisant des rotations. Bref, les gamins sont en plus petits groupes, ils peuvent choisir un jour dans la semaine (et prendre d'autre activités). L'animateur a plus d'heures, les parents sont rassurés... bref tout benef. Mais ca oblige à penser différemment...

Coccinelle a écrit :Il y a des cours de "religion" à l'école (luthérien, orthodoxe et l'islam) mais il y a le "sunnuntaikoulu" (=école du dimanche) pour les luthériens et ça se passe un dimanche (matin) comme son nom l'indique.


Dans mon cas, la religion n'est pas obligatoire: les non lutheriens n'y participent que si les parents sont d'accord. Sinon, une alternative (autre religion ou "ethique / morale / vie en société" est mise en place. Ca marche au moins dans 3 ecoles de ma connaissance.

-K
Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées...Je dis la règle que je ferai respecter. Vous pourrez me rappeler cette déclaration si je venais à y manquer François IV

étudiant-rémois
Messager timide
Messages : 4
Enregistré le : dimanche 14 décembre 2014, 20:44

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar étudiant-rémois » mardi 16 décembre 2014, 12:21

Bonjour,

D'abord je remercie particulièrement l'initiatrice du dossier qui est très complet, cependant mon étude concerne le décrochage scolaire et le dernier articule publié date de 2006 ( qui dit en substance que le décrochage scolaire est inexistant en Finlande).

Quelqu'un est-il en mesure de m'aiguiller sur la réalité du terrain,merci d'avance


PS: le lien de l'article http://fr.canoe.ca/infos/international/ ... 91301.html

Avatar du membre
krevet
L'ivre de recettes
Messages : 574
Enregistré le : vendredi 9 mai 2008, 7:45

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar krevet » mardi 16 décembre 2014, 13:01

secondaire c'est collège? L'article veut dire que 97% arrive au brevet des collège?

Je ne connais pas les chiffres (mais je connais une des personnes citées dans l'article, qui a eu une vraie expérience de terrain). Ca me parait plausible. A noter aussi que l'apprentissage et les sections techniques après collège (equivalement CAP, BT, autres que bac général) sont également plebiscités.

Une autre différence: l'entrée en fac se fait sur concours. Avoir son bac en Finlande est respecté, mais ca n'ouvre aucune porte automatiquement.

En France, l'accent est mis sur la création d'Elites, (tant pis pour ceux qui trainent)
En Finlande, on ne laisse personne derrière dès le primaire.
Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées...Je dis la règle que je ferai respecter. Vous pourrez me rappeler cette déclaration si je venais à y manquer François IV

étudiant-rémois
Messager timide
Messages : 4
Enregistré le : dimanche 14 décembre 2014, 20:44

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar étudiant-rémois » mardi 16 décembre 2014, 13:11

Merci de votre analyse, je suis assez d'accord avec vous,d'ailleurs j'ai l'impression que le métier d'enseignant est beaucoup plus respecté en Finlande qu'en France.

Pour répondre à votre question,le secondaire selon moi concerne également le lycée.L'article parle plus du décrochage scolaire, qui est de 0,3%, ça fait rêver :shock:

Penelope
Vous écrit ce message par SMS depuis le sauna
Messages : 3182
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 20:23
Localisation : Espoo

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Penelope » mardi 16 décembre 2014, 23:36

Je trouve l'article un peu confus. On parle des études "secondaires" sans préciser s'il s'agit du collège et/ou du lycée. Si le taux de décrochage est seulement 0,3% alors on parle de l'école obligatoire donc la fin de la 9e année (ou eventuellement de ce qu'on appelle la 10e classe si on redouble la 9e avant de chercher une place en lukio/ammattikoulu). Or, je ne vois pas comment on peut "décrocher" à ce niveau. Il suffit de se rendre à l'école tous le jours (enfin presque) pour terminer ses études. Il n'y a pas d'examens nationaux- seulement des notes de fin d'année qui ne sont pas standardisées au niveau national. Donc, le seul moyen de décrocher c'est d'aller se cacher dans la forêt tous les jours, non?

Ensuite on parle du collège d'art, mode, coiffage d'Helsinki. Apparemment on parle d'un ammattikoulu, sans doute Stadin Ammattiopisto: http://www.hel.fi/hki/ammatillinen/fi/in_english Mais ici il s'agit de l'école "Upper Secondary" donc d'un lycée professionnel - et on peut s'y rendre à n'importe quel âge et terminer ses études quand on veut (à condition de ne pas avoir déjá recu le diplòme de fin d'études). Il n'est pas obligatoire d'aller au lukio/ammattikoulu.

Alors que chez nous, presque un étudiant sur trois n'a pas terminé ses études secondaires à l'âge de 20 ans, cette proportion est d'à peine 0,3 % en Finlande
:?

En Finlande on peut COMMENCER ses études secondaires à 20 ans si on veut. La notion d'âge n'a pas d'importance. Il est d'ailleurs complètement faux de dire que 0.3% des étudiants n'a pas terminé ses études sécondaires à l'âge de 20 ans. On parle du collège ou du lycée? Si on parle du collège (autrement appellé yla-aste) alors 0,3% est tout à fait normal (pour les raisons que j'ai données ci-dessus) et si on parle du lycée c'est faux puisque beaucoup d'étudiants ne continuent point leurs études après la fin de l'école obligatoire (à 16 ans). Pour les autres, il me semble qu'environ 30% des élèves mettent 4 ans, voire plus, à faire le lukio (lycée) et avoir leur diplôme de fin d'études, Donc, ils ont très souvent plus de 20 ans. Au niveau des lycées professionnels (ammattikoulu) c'est pareil. Un de mes fils (né en 93) est encore en ammattikoulu (Tredu) et il n'est pas le seul à avoir plus de 20 ans dans sa classe.

Je pense aussi que l'éducation des mères est très favorable à cette situation, avance-t-elle. Comme elles sont très souvent allées à l'université, elles transmettent le goût d'apprendre aux enfants.


:lol: "très souvents"??? N'importe quoi. Les deux nieces de mon mari (méres de famille, toutes les deux) ne sont pas allées à l'université très souvent (c'est à dire jamais) mais, il n'est pas exclu qu'elles y aient un jour, puisqu'elles sont encore jeunes (moins de 30 ans) et en Finlande on peut très facilement aller en Fac après avoir élevé ses enfants. Et personnellement je trouve qu'il est anachronique de croire que l'université gère un genre de monopole sur l'enseignement et le dévéloppement personnel. On peut acquérir tout genre de compétences ailleurs qu'à l'université et transmettre ces compétences réelles à ses enfants.

Et pour finir,
Mais, dans les faits, la proportion réelle de décrocheurs n'est que de 3 %, si on tient compte de tous ceux qui s'inscrivent dans une autre école, qui vont dans l'armée ou à l'université
,

D'abord l'armée n'a rien à faire dans l'équation. C'est obligatoire (quasiment) mais on la fait quand on veut (generalement avant les études mais on peut très bien la faire après). Elle ne change en rien le taux de décrochage. Et pourquoi compterait-on ceux qui vont à l'université dans le taux de décrochage... là j'ai complètement... decrochée!

Avatar du membre
krevet
L'ivre de recettes
Messages : 574
Enregistré le : vendredi 9 mai 2008, 7:45

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar krevet » mercredi 17 décembre 2014, 10:52

étudiant-rémois a écrit : selon moi concerne également le lycée.L'article parle plus du décrochage scolaire, qui est de 0,3%, ça fait rêver :shock:


Alors non, ca voudrait dire 99,7% d'une classe d'âge au bac, ce qui n'est absolument pas le cas.
99,7% d'une classe d'âge au brevet des collèges, c'est plus probable. Après, c'est lycée ou cycle professionnel (genre CAP, BEP, BT...) avec très souvent de l'apprentissage. Ces élèves là pourront d'ailleurs tout à fait intégré la fac et faire des études plus tard (cours du soir...)

Une grosse différence avec la France: en Finlande, les jeunes font leurs services militaires AVANT la fac. Comme ca, ils enchainent fac et boulot. En France, c'était APRES.

-K
Je n’aurai pas autour de moi à l’Élysée des personnes jugées et condamnées...Je dis la règle que je ferai respecter. Vous pourrez me rappeler cette déclaration si je venais à y manquer François IV

étudiant-rémois
Messager timide
Messages : 4
Enregistré le : dimanche 14 décembre 2014, 20:44

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar étudiant-rémois » mercredi 17 décembre 2014, 12:01

Merci pour vos analyses, cependant une chose m'échappe, dans le secondaire, il y'a soit le lycée générale soit le cycle professionnel mais tout les jeunes sortent avec le diplôme? il y'a bien des élèves qui échouent et qui arrêtent avant la fin de leurs cursus? Même chose concernant le cursus à l'Université, l'inscription ne veut pas dire diplôme permettant de travailler ensuite.Par exemple, en France, on voit très bien la différence d'effectif entre la 1ère année et la 3ème année .C'est pour ça qu'on peut également parler de décrochage scolaire à ce niveau (même s'il a le bac mais ça ne permet pas de bosser) , l'étudiant arrête bien souvent ses études avant la fin de son cursus pour x raisons afin de trouver un travail.

J'ai, dans mon entourage, 2 amis qui ont une licence en lettre et qui ont arrêté en bac +3 sans aucune qualification, peut-on parler de décrochage dans ce cas?


Concernant, l'armée est-elle obligatoire pour les filles et les garçons? et combien de temps? On pourrait penser que si ça dure trop longtemps, ça perturbe le rythme de l'élève.

Penelope
Vous écrit ce message par SMS depuis le sauna
Messages : 3182
Enregistré le : jeudi 8 mai 2008, 20:23
Localisation : Espoo

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar Penelope » mercredi 17 décembre 2014, 16:29

étudiant-rémois a écrit :Merci pour vos analyses, cependant une chose m'échappe, dans le secondaire, il y'a soit le lycée générale soit le cycle professionnel mais tout les jeunes sortent avec le diplôme?


Non. Comme j'ai expliqué plus haut, il y en a qui mettent 3 ans au lieu de 4 ans, et il y en a qui décrochent. Je ne sais même pas si on comptabilise le nombre de décrocheurs... Par contre, il existe de nombreux lycées pour adultes: aikuislukio, où on peut continuer ses études et obtenir le certificat de fin d'études et la matriculation au delà de 20 ans.

il y'a bien des élèves qui échouent et qui arrêtent avant la fin de leurs cursus? Même chose concernant le cursus à l'Université, l'inscription ne veut pas dire diplôme permettant de travailler ensuite.


Au niveau des universités traditionelles (Helsinki, Turku, Jyvaskyla, Oulu, Vaasa etc...) et même dans les UAS, il est tellement difficile d'y avoir une place (concours à l'entrée) que le taux de décrochage est quasiment nul. Cependant, les étudiants doivent dorenavant terminer leurs études avant un certain délai - ce qui n'était pas le cas avant. On ne peut garder le statut d'étudiant (et l'aide de l'État) indéfiniment. Il me semble qu'il faut réussir env 45 ECTS par an pour continuer à toucher les indemnités de l'État. D'ailleurs l'établissement recoit une subvention de l'État calculé sur le nombre d'étudiants qui gagnent 55 ECTS minimum dans l'année. Donc les établissements ne recoivent aucun versement de l'État pour les étudiants qui décrochent.


Par exemple, en France, on voit très bien la différence d'effectif entre la 1ère année et la 3ème année .C'est pour ça qu'on peut également parler de décrochage scolaire à ce niveau (même s'il a le bac mais ça ne permet pas de bosser) , l'étudiant arrête bien souvent ses études avant la fin de son cursus pour x raisons afin de trouver un travail.


Je dirais que ce scenario n'est pas très courant en Finlande puisque la compétition est rude pour avoir une place et parce que sans un Bac+3 (minimum) on a peu de chance de trouver un travail, sauf dans certains secteurs comme p.ex. la restauration, commerce ect où un bac professionnel suffit. Lá où je travaille, le nombre d'étudiants qui décrochent se compterait sur les doigts d'une main. Mais, au départ on ne laisse pas entrer n'importe qui! Et les étudiants sont très suivis jusqu'à la fin de leur programme, avec des conseillers dédiés qui leur tiennent la main, presque!

J'ai, dans mon entourage, 2 amis qui ont une licence en lettre et qui ont arrêté en bac +3 sans aucune qualification, peut-on parler de décrochage dans ce cas?
En Finlande? Je ne comprends pas la question... une licence est une qualification, non? En Finlande les UAS (Universities of Applied Science) proposent des programmes au niveau bachelier. A la fin de ces programmes (qui durent en général 4 ans y compris les stages en entreprise) on peut trouver du travail (p.ex dans les secteurs comme l'informatique, la gestion, la santé, les industries comme la métallurgie ect) et/ou continuer vers un Mastère.

Concernant, l'armée est-elle obligatoire pour les filles et les garçons? et combien de temps? On pourrait penser que si ça dure trop longtemps, ça perturbe le rythme de l'élève.

L'armée est obligatoire pour les garcons. Cependant de plus en plus de filles s'y mettent (un nombre record cette année). On choisit son parcours à l'armée: le minimum est de 6 mois, mais pour ceux qui choisissent une école spéciale ou une formation d'officier on y reste un an. On le fait un peu comme un "gap year" donc cela ne perturbe pas le rythme scolaire. Le service militaire peut être remplacé par un service de fonctionnariat dans l'administration (qui dure 10 mois si je ne me trompe pas).

étudiant-rémois
Messager timide
Messages : 4
Enregistré le : dimanche 14 décembre 2014, 20:44

Re: [DOSSIER] Le système éducatif finlandais

Messagepar étudiant-rémois » mercredi 17 décembre 2014, 17:03

Penelope a écrit : En Finlande? Je ne comprends pas la question... une licence est une qualification, non? En Finlande les UAS (Universities of Applied Science) proposent des programmes au niveau bachelier. A la fin de ces programmes (qui durent en général 4 ans y compris les stages en entreprise) on peut trouver du travail (p.ex dans les secteurs comme l'informatique, la gestion, la santé, les industries comme la métallurgie ect) et/ou continuer vers un Mastère.


Merci pour les précisions, je parlais pour la France en effet,une licence est un diplôme qui permet, soit de passer des concours dans la fonction publique de catégorie A, soit de continuer un master ou un doctorat. Cependant il n' y a pas de débouché sans l'obtention de ces concours.Il faut également souligner que la poursuite en master n'est pas de droit, elle n'est possible qu'après l' examen du dossier de l'étudiant.

Si j'ai bien compris, en Finlande la sélection se fait à l'entrée de l'Université; je trouve cela plus approprié, ça permet entre autre de réduire le nombre de place et d'éviter les élèves trop "moyen" qui ont le plus de chance de décrocher.Malheureusement, je ne vois pas le système Finlandais arriver en France, avec tout les conflits sociaux que cela entraînerait.

Plus je continue mes recherches, plus je suis admiratif de votre système d'éducation, qui est, certes, très sélectif mais qui permet un décrochage moindre.